Accueil Recherche | Plan Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
dossier cerig.efpg.inpg.fr 
Vous êtes ici : Accueil > La technique > Procédés > Rapport d'activité scientifique du LGP2 > Science et techniques graphiques > Étude de la mouillabilité et du transfert d’encre de blanchets nouvelle génération           Révision : 21 Mars 2007
Page précédente Rapport d'activité scientifique du LGP2
(2002-2005)
Page suivante
Page précédente   Page suivante  
Chercheurs du LGP2 (EFPG, INPG, CNRS, CTP)
(Novembre 2006)
 
Documents extraits du
"Rapport d'activité scientifique du Laboratoire de Génie des Procédés Papetiers  - UMR 5518
Grenoble - France
Janvier 2002 - Novembre 2005"

IV - Science et techniques graphiques

IV - 2 - Étude de la mouillabilité et du transfert d’encre de blanchets nouvelle génération

Éliane Rousset, Robert Catusse, Christophe Mercier, Jean-Luc Tourron

La qualité est un facteur très important dans le domaine de la communication graphique. De nombreux paramètres entrent en jeu, notamment les caractéristiques du papier et de l'encre utilisés ainsi que du transfert de celle-ci du système d'encrage au support à imprimer. Dans le procédé offset, ce transfert se fait de façon indirecte de la plaque au papier via le blanchet.
Cet intermédiaire a été étudié dans le cadre d’une étude avec la société Mac Dermid Graphic Arts.

Le blanchet est un matériau complexe, multicouches et caoutchoutique. Sa fabrication implique de nombreuses opérations. Il possède deux fonctions essentielles :

Les blanchets les plus utilisés sont des blanchets compressibles. À ce jour des études sont toujours menées pour améliorer ce matériau. Les blanchets que nous avons étudiés sont dits de "nouvelle génération". Ils ont été modifiés afin d'améliorer leurs caractéristiques et surtout simplifier leur fabrication. Des mesures d'angles de contact ont permis de calculer leur énergie de surface. Leur topographie a été caractérisée par des mesures de rugosité. Le coefficient de transfert d'encre sur différents supports a complété l’étude. Des corrélations ont été mises en évidence entre distribution de la rugosité de surface, énergie de surface et transfert d'encre. Cela a permis de relier les caractéristiques de ces blanchets à la façon dont ils ont été moulés ou traités ainsi que l'influence du greffage de surface.

Énergie de surface

Les énergies de surface ont été déterminées par la méthode de la large goutte avec un appareil mis au point dans le laboratoire. Dans ce cas, une simple mesure de hauteur de goutte suffit.
Le système utilisé pour mesurer la hauteur de la goutte comporte un capteur avec faisceau laser et photodiode.

Rugosité

La rugosité de surface de chaque blanchet ainsi que son profil ont été déterminés avec un appareil Papermap de la société Cotec. Les valeurs de rugosité sont obtenues directement et complétées par l'évaluation des facteurs d'asymétrie et d'aplatissement du profil.

Profil d’un blanchet moulé greffé

Sur l’image du profil, les différences de couleur représentent des variations d'altitude. Dans le cas de ce blanchet moulé greffé, les bandes de couleur rouge pourraient matérialiser l'effet du greffage [Figure 1].

Profil d’un blanchet moulé greffé
Figure 1 - Profil d’un blanchet moulé greffé

Transfert d'encre

La quantité d’encre transférée en fonction de la quantité d’encre sur la forme imprimante montre une variation linéaire. La quantité d'encre piégée dans le blanchet est alors représentée par l'abscisse à l'origine de la droite et le coefficient de transfert de l'encre par sa pente. Cela se vérifie avec les blanchets "ancienne génération". Par contre, avec les nouveaux blanchets testés, beaucoup plus lisses, la droite passe près de l’origine car très peu d’encre reste piégée. Pour caractériser l'influence du support sur le transfert d'encre, des tests ont été réalisés sur deux papiers : un couché brillant et un couché mat. La quantité d'encre transférée sur le blanchet est similaire pour les deux papiers malgré un lissé Bekk très différent. La différence obtenue entre les supports absorbants et non absorbants est beaucoup moins importante avec un blanchet non greffé. En conclusion, la nature du support à imprimer a plus d'influence avec un blanchet greffé que pour un blanchet non greffé. Il peut être intéressant de savoir sur quel type de support travaille un imprimeur afin d'adapter au mieux le choix du blanchet.

Page précédente Retour au sommaire Page suivante
Page précédente Sommaire Page suivante
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Copyright © CERIG/EFPG 1996-2007
Mise en page : A. Pandolfi