Accueil     Recherche | Plan     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
logo CERIG Histoire de nos métiers Cerig 
  Vous êtes ici : Accueil > Base de connaissances > Histoire de nos métiers > Histoire et évolution de la machine à papier > Une évolution liée aux besoins (Deuxième partie) Révision : 29 avril 2005  
Page précédente
Précédent
Histoire et évolution de la machine à papier Retour au sommaire
Sommaire
   Page suivante
Suivant
Gérard COSTE - Ingénieur EFPG

Rédaction : Septembre 2004
Mise en ligne : Novembre 2004

Partagez sur Facebook
Rejoignez-nous

     
Voir aussi :
     

II - Une évolution liée aux besoins
2 - Le raffinage de la pâte à papier en ligne

Les machines à papier de la fin du 19e siècle sont relativement similaires et standards avec une laize comprise entre 1,20 et 1,80 mètres en général – pour une vitesse de 20 à 30 m/min.

Deux machines à papier de l'usine Firmin Didot à Sorel vers 1875
Figure 8 - Photographie de deux machines à papier de l’usine de Firmin Didot à Sorel.
A cette époque (1870/1880), la laize (largeur) est comprise entre 1,20 et 1,80 mètres*

Pour améliorer la qualité de ses papiers, un papetier américain Joseph Jordan, modifie un broyeur à pigments de peinture en 1857 pour réduire les boutons et les matons des pâtes à papier. Son appareil constitué initialement d'un rotor conique et d'un stator muni de lames en fonte ne donne pas entière satisfaction, il remplace alors les lames en fonte par des lames en acier et obtient d'excellents résultats pour la désintégration et le raffinage de ses pâtes. Cet appareil sera ensuite largement copié et il est à l'origine des raffineurs coniques qui équiperont les grosses machines du début du XXe siècle. L'histoire du raffineur Jordan est décrite dans la revue La Papeterie, n° 1, pages 16,19,21 (1911), sous le titre "Le raffineur Jordan, son histoire et son emploi".

Raffineur conique petit angle pour raffiner la pâte à papier       Rotor de raffineur conique à grand angle pour raffiner la pâte à papier
Figure 9 - Raffineur conique à petit angle issu de l’invention
de J. Jordan pour le raffinage de la pâte à papier
(appareil Neyret Beylier de Grenoble, années 1920-1930)
Figure 10 - Rotor de raffineur conique à
grand angle pour le raffinage
de la pâte à papier (~ 1970)

Cette nouvelle technologie destinée à raffiner les pâtes à papier « en ligne » permet de travailler en continu et vient compléter les installations déjà existantes équipées de piles hollandaises ou de meuletons qui travaillent en « batch » (par séquences en discontinu).

Atelier de trituration du papier, avec meuleton et piles hollandaises
Figure 11 - Représentation d’un atelier de trituration pour la fabrication de la pâte à papier,
avec piles hollandaises en arrière plan et meuleton au premier plan à gauche
(usine de Vacquerel**)

* Photographie extraite du livre de Marius Vachon : Les Arts et les Industries du Papier en France 1871-1894 (Librairies-Imprimeries Réunies, Paris), page 15

** Photographie extraite du même livre, page 25

Page précédente
Précédent
Retour au sommaire
Sommaire
Page suivante
Suivant
  Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
Mise en page : J.C. Sohm