Accueil     Plan | Recherche     Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base  
Le logo du CERIG MÉMOIRE Cerig 
Vous êtes ici : Accueil > Technique > Mémoires > Impression multicouleurs : l'hexachromie et au-delà Révision : 18 septembre 2008  
Impression multicouleurs : l'hexachromie et au-delà
            Nadia HASSISSI

Étudiante Licence professionnelle - Pagora
 Février 2008
Mise en ligne - Juillet 2008

Avertissement
Ce mémoire d'étudiants est une première approche du sujet traité dans un temps limité.
À ce titre, il ne peut être considéré comme une étude exhaustive comportant toutes les informations
et tous les acteurs concernés.

 

       
     
  Plan  
I - Introduction
II - Technique & technologie, état de l'art
III - Le marché de l'impression couleur
IV - Conclusion
V - Bibliographie et webographie
     
Mémoire précédent    Liste des mémoires    Page technique    Mémoire suivant
Précédent Liste Thèmes Suivant

I - Introduction
Plan 

                Écran de visualisation en polymère Readius de Polymer Vision      
  Figure 1 - Écran de visualisation en polymère
Readius de Polymer Vision
 
   
  Voir aussi

Internet engendre un bouleversement culturel considérable dans son association aux autres médias (papier, radio, TV TNT, téléphonie mobile). Il induit de profondes mutations dans la culture de travail et du commerce et introduit l’achat et l’appel d’offres en ligne (e-commerce) ainsi que l’échange de données à distance.
Le Web dynamique est devenu la solution complète de communication. Une solution à moindre coût avec les avantages certains du feed-back, de la veille technologique et concurrentielle, de l'analyse de marché et de la réactivité. L’information, auparavant basée sur l’écrit, est complètement remise en question par l’avènement du CD, du DVD et du fichier numérique.

Des inventions dignes des meilleurs films de science-fiction ont vu le jour : miniaturisation, flexibilité, interpénétration avec le numérique et le Net. Par exemple, en 2007, Polymer Vision a mis sur le marché un écran de visualisation en polymère plus léger qu’une plume, aussi fin qu’une feuille de papier et pouvant être emporté partout dans sa poche.

Imaginons l’avenir alors : plus de livres encombrants, plus de journaux dans les kiosques ou de magazines. Les fichiers sont transférés quotidiennement, directement sur votre base de données. L’imprimé n’offre plus de garantie, devient volatile et ses lecteurs sont plus connaisseurs, plus informés voire plus exigeants.

Conséquences :

Toutefois, la menace n’est pas seulement numérique. La hausse du prix du baril de pétrole, des énergies connexes et des matières premières, les coûts d’affranchissement et de logistique de distribution des documents imprimés et enfin les coûts de gestion de la collecte, de ma destruction et du recyclage des déchets ne sont point là pour arranger les affaires du print media. Avec une Drupa qui double sa surface d’exposition pour le numérique, confirme le JDF et annonce un nombre important de plus-values technologiques, l’alarme est tirée quant à l’avenir de l’imprimé.

Le print media n’a pas d’autres solutions que de miser sur ses qualités intrinsèques pour prétendre exister en tant qu'entité et de négocier avec force sa part de marché. La réalité est d’imprimer moins mais le mot d’ordre est d’imprimer mieux dans une coexistence active avec le numérique et non dans la cohabitation passive. La qualité du print media est son unique salut.

La résistance s’organise, des cluster print se mettent en place regroupant les géants de l’industrie de l’impression comme Heidelberg, MAN Roland, Koenig & Bauer, rééquilibrant ainsi l’engouement pour le digital par de véritables politiques de culture du livre et de la lecture. Bookstart (UK), EU Read et Lesestart-Siftung Lesen sont des projets qu'ils soutiennent en direction de la littérature pour enfants.

Pour le professionnel, la qualité de l’imprimé subsiste dans ses qualités intrinsèques :

Toutefois, la couleur est le premier paramètre, le plus immédiat, le plus perceptible par l’œil du professionnel et du profane client en la matière car en quête du WYSIWYG (what you see is what you get). "Ce n’est pas la bonne couleur..." Voilà ce que rétorque souvent le client...

Il faut savoir que le principal système couleur utilisé la quadrichromie basée sur l’impression du Cyan, Magenta, Jaune et Noir (CMJN) , ne permet pas, malgré sa longueur d’avance, d’atteindre certains niveaux de détails recherchés par l’œil averti. Des déficiences subsistent dans les tons chauds et froids, dans les tons chairs et dans les pastels. Certaines couleurs (métalliques) présentent des difficultés à s’imprimer alors que d’autres ne s’impriment pas du tout. Ce niveau de détail dans la couleur prend toute son importance lorsqu’il s’agit d’imprimer des photos, de beaux livres, des œuvres d’art, des supports associés à l’industrie du luxe ou tout simplement un emballage destiné à vendre plus.

La qualité de reproduction couleur tente de réduire les écarts entre l’impression finale et l’original (écran ou photo). Le nombre de couleurs reproduites (appelées gamme de teintes ou color gamut) est significatif. Plus grand est ce gamut, plus grand sera le nombre de détails couleurs reproduit. C’est donc un point sur la qualité de reproduction multichrome au-delà de la quadrichromie que nous nous proposons de faire. Nous évaluerons, au regard de la technique et des procédés, les principaux fournisseurs, les secteurs du marché ciblés par l’impression multichrome, leurs parts respectives, les perspectives de développement – locales autant que mondiales – pour tenter de répondre à la question suivante :

est-il opportun aujourd’hui de parler de multichromie en impression ?

Devant la mobilisation de la corporation (associations, syndicats, géants de l’industrie de la filière), devant la nécessité pour les imprimeries de développer des stratégies offensives pour maintenir leur position concurrentielle, devant le cluster print qui s’annonce, quels sont réellement la part et l’avenir de l’impression multicouleurs aujourdhui ?
Peut-on parler de multichromie en impression ?
Peut-on parler de possibilités de développement de l’impression en multichromie ?

II - Technique & technologie, état de l'art
Plan 

II-1 - Processus de reproduction de la couleur

La multichromie en impression n’est pas un fait nouveau. La quadrichromie est elle-même un cas particulier de multichromie assez répandue et maîtrisée. On pourrait simplement penser à transposer ses procédés à un nombre plus important de couleurs pour parler de multichromie en impression. Cependant, la séparation couleur en multichromie n’est pas aussi évidente qu’en quadrichromie car la reproduction couleur reste limitée :

La problématique de reproduction de la couleur se pose donc aujourd’hui au même titre que la sélection des couleurs de base et des filtres de séparation des couleurs.

Par ailleurs, la reproduction exacte des couleurs exigeant le respect des standards de la couleur, du procédé d’impression et de l’éclairage (illuminant), les premières couleurs d’impression pour la polychromie furent normalisées au début des années 50. Les procédés d’impression le furent pour la première fois par le groupe allemand Küppers au début des années 70 par la création de la septichromie de Harald Küppers. C’est cette norme allemande pour encres d´imprimerie DIN 16 539 qui deviendra plus tard la norme internationale DIN-ISO 12 647-2.

L’International Color Consortium (ICC) – l'autorité qui régit les normes relatives à l’impression n’existe que depuis 1993. La mise en place réelle de la gestion de la couleur n’a été possible qu'à partir de 2003. Il était donc nécessaire d’attendre que les différents outils logiciels de PAO (suites graphiques), de prépresse (rips de séparation et rips d’épreuvage), flux de production, presses et solutions de gestion colorimétrique évoluent dans la prise en charge des normes et intègrent les fonctionnalités spécifiques à l’application des profils ICC. Il était aussi important que les appareils de mesure de la couleur (densitomètres, spectrophotomètres, spectrocolorimètres) prennent le temps de progresser de manière compatible avec les différents périphériques de marques différentes.

Ce n’est que depuis 2005 que la gestion de la couleur est devenue une nécessité de rationalisation et de qualité. Il fallait attendre que les partenariats et les alliances se tissent. Il faut admettre que le computer-to-plate (CTP), les flux numériques et l’automatisation par le CIP3, CIP4 et le Job Definition Format (JDF) ont fortement accéléré le processus. En ce sens, la couleur en général et la multichromie en particulier restent un aspect technologique assez récent et dont la question n’a pas été entièrement résolue. La technologie qui a fait ses preuves sur le terrain en matière de coordination des modules partiels de reproduction est la manipulation des gradations et des courbes gamma mais, en pratique, il n’existe pas de réelles options de coordination précises et complètes. C’est là la véritable raison pour laquelle la séparation CMJN est la plus répandue.

Parler de multichromie (au-delà de la quadrichromie) en impression revient à développer une technologie moderne de reproduction de la couleur qui prenne en charge :

II-2 - Reproduction multichrome : haute fidélité ou optimisation

Pour le professionnel, la multichromie (au-delà des quatre couleurs de la quadrichromie) est une restitution haute fidélité de la couleur au sens de l’élargissement de la gamme (nombre) de couleurs reproductibles et donc des limites extérieures du gamut, produisant ainsi des résultats spectralement identiques à l’original ce qui est, en réalité, rarement atteint. Elle reste relativement liée à l’appréciation visuelle du client et dépend exclusivement et de manière décisive de l’intention de reproduction. Dans une publicité imprimée, l’objectif est de se rapprocher au maximum de l’original. Reproduire fidèlement, c’est reproduire conformément à l’original (écran, photo). On parle d’ailleurs de qualité photo.

Cependant, il faut différencier la reproduction haute fidélité de la couleur de son optimisation. Dans l'impression de journaux, les photos fournies par les agences ont souvent un gamut plus large que celui des technologies d’impression utilisées. Des compromis doivent alors être faits durant la conversion de l’image pour définir les zones importantes, les zones d’accent et les zones d’omission. Dans ce cas précis, le gamut est restreint par le type de support d’impression et par la qualité des encres utilisées. Les données d’images fournies sont souvent dans un espace couleur non adéquat et les données couleurs inconnues. En optimisation, l’intervention manuelle du spécialiste en traitement d’image est inévitable : l’analyse automatique des images et les méthodes d’optimisation n’ont pas atteint le seuil nécessaire de développement pour remplacer la manipulation manuelle de l’image. Les zones d’optimisation doivent donc être manuellement isolées par couches, ce qui peut être fait dans Photoshop. De même qu’en impression numérique, si l’ajout des couleurs lights (Cyan light, Magenta light, Noir light) permet une meilleure qualité du rendu dans les zones claires, il n’étend pas pour autant le nombre de couleurs au-delà du gamut des couleurs primaires du CMJN.

La reproduction haute fidélité de la couleur vise à atteindre la plus grande gamme de couleurs en impression multichrome avec l’objectif de :

                Comparaison de gamuts       Comparaison de gamuts  
  Figure 2 - Comparaison de gamuts
a. Color photograph (diapositive)
b. High-quality offset printing
c. Newspaper printing
  Figure 3 - Comparaison de gamuts
a. Restreint (multichromie
conventionnelle CMJN)
b. Plus large HiFi (cyan, magenta,
jaune, plus rouge, vert, bleu)
 
         

II-2-1 - Digital Dark/Light Colors

Là, l'expression high-fidelity color printing prend une autre définition. Au sens de l’American Davis Consultancy, inventeur du procédé Digital Dark Colors, Hi-Fi désigne une toute autre technique de plus de quatre couleurs dont l’objectif est d’élargir la gamme des tons de l’élément imprimé.
Une gamme de couleurs implique le nombre de couleurs (le gamut), alors qu'une gamme de tons implique les tons d’une même couleur.

Ces systèmes sont principalement :

Les systèmes Digital Dark/Light (autant 6C et 8C) permettent l’amélioration de la qualité d’image. Utilisés seulement dans les procédés numériques (jet d’encre : encre liquide), ils viennent compenser la basse résolution des imprimantes ou des presses par un niveau plus élevé de détail dans les tons clairs. Ils peuvent être accompagnés de couleurs additionnelles comme le Rouge, Vert, Bleu (RVB), élargissant ainsi le nombre de cartouches d’encres jusqu’à 12 : voir la dernière imprimante HPZ3100 qui devient donc multichrome avec en réalité 7 couleurs.

                Dark/Light Colors 6C et 8C      
  Figure 4 - Dark/Light Colors 6C et 8C  
     
II-2-1-1 - Gamme de teintes (color gamut)

Le gamut est l’ensemble des couleurs reproductibles par un périphérique donné avec un ensemble d’encres donné. Deux éléments le déterminent :

Fondamentalement, les même pigments d’encre constituent les gamuts pour les systèmes 4C, 6C et 8C. Par conséquent, les limites extérieures de ces espaces couleur sont identiques. Cependant, les systèmes 6C et 8C définissent un espace couleur apparent légèrement plus large.

                Comparaison de gamuts      
  Figure 5 - Comparaison de gamuts
a. Chromalin CMJN
b. Plusieurs imprimantes 4C
 
     
II-2-1-2 - Granulation

Deux éléments sont responsables de la granulation en impression numérique :

Le phénomène de granulation est apparent dans les zones de haute lumière et des demi-tons correspondant aux tons chairs, aux couleurs pastels et aux images à gradient. L’objectif de l’impression 8C est de réduire la granulation. L'utilisation des encres légères permet l'impression de plus de points dans la même surface d'impression impliquant un niveau de densité comparable à celui des 4C. En imprimant plus de points light sur une surface donnée, on améliore les niveaux de gris, les contrastes entre les points. Le fond est invisible, l'impression est qualitativement meilleure et plus réaliste et les photos sans granulation. Le système 8C produit des couleurs plus douces que le système 6C spécialement dans les surfaces noires et jaunes.

II-2-1-3 - Résolution apparente et résolution accessible

La résolution est traditionnellement définie par le nombre de points imprimés par pouce (dots per inch). La résolution accessible se réfère strictement au nombre de points que l’imprimante peut dresser sur chaque pouce de surface imprimée. Ainsi, une image imprimée avec une résolution accessible de 370 dpi 8C paraît aussi bonne à l’œil nu que la même image imprimée à 740 dpi avec un système 4C. L’œil humain ne peut pas percevoir ces légères nuances à cause de ses limites naturelles. Par conséquent, les deux images lui semblent identiques.

On peut prétendre qu'une imprimante 8C avec une définition accessible du 370 dpi produit apparemment une impression ayant la qualité de 740 dpi (="résolution apparente" du 740 dpi). Le système 6C est similaire dans tous les aspects, bien qu'à un moindre degré.
Cependant, l'impression 8C présente certains désavantages tels que la consommation supplémentaire d'encre et la vitesse inférieure.

Le système 8C par opposition au système 4C permet à des degrés différents :

Conclusion : au vu des paramètres préalablement exposés, les couleurs Dark/Light ne représentent pas une véritable multichromie. Par conséquent, il serait plus judicieux de parler de cartouches plutôt que de couleurs pour les encres lights.

II-2-2 - Les tons directs (spot colors)

En général, les tons directs portent le nom de leurs constructeurs Pantone, Focoltone, DIC, Toyo, Trumach, HKS, NCS, RAL et sont souvent utilisés pour reprendre les couleurs chartes d’une entreprise dans le cas où la quadrichromie ne suffit pas à reproduire son image de marque (logos, titres) ou encore dans l’emballage et l’étiquette pour rehausser et intensifier le rendu final.

                Tons directs (Pantone)      
  Figure 6 - Tons directs (Pantone)  
     

Normalement, les tons directs ne sont pas pris en compte dans la séparation couleur des données images. Au même titre que l’optimisation de certaine couleurs, des couches sont isolées pour recevoir des aplats de couleurs préparées, à la différence près qu’elles sont utilisées comme des éléments à part avec une impression sans tramage. Certes, les tons directs élargissent le nombre de couleurs reproductibles mais ils cohabitent avec les couleurs primaires dans leur procédé. Elles n’affectent donc pas la chaîne dédiée à la reproduction du CMJN. Les bibliothèques couleurs sont simplement intégrées dans les bibliothèques générales des différents logiciels servant à la conception, au maquetage, aux rips de rastérisation et de tramage et à l’épreuvage. Ces rips les considèrent comme un pourcentage de couverture de 100 %.

Les tons Pantone sont intégrés avec la variation qu’ils présentent pour les supports mates ou brillants (coated, uncoated).

Les tons directs s’ajoutent en nombre illimité tout au long de la chaîne graphique et s'il ne sont pas convertis dans le système CMJN, ils améliorent le rendu couleur de l’imprimé mais augmentent considérablement son prix de revient de manière exponentielle (temps de calage machine, nombre de films, nombre de plaques, nombre de passes, quantités d‘encre, temps d’exécution,...).

II-3 - Xchromie

La multichomie en impression (multicolor printing) est la reproduction d’un original à partir d’un nombre multiple de couleurs par juxtaposition ou par superposition.

La multichromie diffère d’un procédé d’impression à l'autre. L’entrée en force du numérique n’a pas réussi à supplanter les procédés conventionnels, notamment l’offset, dans la qualité de l’impression. Aujourd’hui encore, le beau livre est imprimé sur une presse offset et la flexographie quant à elle est la reine de l’emballage.
Toutefois, ces procédés ont bénéficié, particulièrement pour la quadrichromie, des avantages du développement numérique de la partie prépresse (de la conception à la fabrication de la forme imprimante) : qualité de profilage, de correction couleur, de séparation, d’épreuvage et de tramage et gestion colorimétrique. L’impression numérique ne comporte pas réellement de gestion de la couleur et n’atteint pas les résolutions de sortie de l’impression conventionnelle. Elle ne nous intéresse donc que dans la mesure de ses moyens au profit de la conventionnelle dans la production et la gestion de la couleur et surtout dans la séparation tramée au-delà de quatre couleurs.

La multichromie en tant que telle remonte à la nuit des temps. En pratique, à l’exception du système Indichrome pour les presses électrophotographiques, les systèmes multichromes existants ont été développés pour les presses conventionnelles.

On distingue donc différents systèmes multichromes à séparation tramée.

II-3-1 - Quadrichromie (four colors printing, process color)

                Couleurs primaires 
  de la quadrichromie : Cyan, Magenta, Jaune, Noir      
  Figure 7 - Couleurs primaires de la quadrichromie :
Cyan, Magenta, Jaune, Noir
 
     
        Couleurs de base selon Küppers  
  Figure 8 - Couleurs de base
selon Küppers
 

Actuellement, c'est le système couleur le plus maîtrisé en contrôle qualité. La quadrichromie (multichromie à quatre couleurs) est en réalité une trichromie à laquelle est additionné un noir plus intense que celui obtenu par le mélange des trois afin de remplacer le texte noir et de donner plus d’intensité à l’image reproduite. Le noir est utilisé comme stabilisateur de gris, qui soutient également les endroits obscurs de l´image et permet un meilleur tracé de celle-ci.
En imprimerie, ces couleurs sont additionnées selon le principe de la synthèse soustractive.

Le principe de la quadrichromie peut être réduit avec le même procédé à une :

L'hexachromie (six colors printing) consiste à reproduire un original à partir de six couleurs. Il est capital de distinguer l'hexachromie de l'Hexachrome de Pantone qui est une hexachromie particulière utilisant les encres Hexachrome de Pantone.

La septichromie ou l'heptachromie : créée par Küppers dans les années 70, elle est à l’origine de procédés comme l’Opaltone.

L’impression Hi-Fi utilise un système de couleurs complémentaires RVB (Rouge, Vert, Bleu) en plus des couleurs primaires CMJN (Cyan Magenta, Jaune et Noir).

Dans la Théorie des Couleurs Küppers, les huit couleurs de base correspondent aux dénominations suivantes : Noir (K) ; Bleu-Violet (B) ; Vert (G) ; Rouge-Orange (R) ; Bleu-Cyan (C) ; Rouge-Magenta (M) ; Jaune (Y) ; Blanc (W).

II-3-2 - Hexachromie

                Hexachrome de Pantone      
  Figure 9 - Hexachrome de Pantone  
II-3-2-1 - Hexachrome de Pantone

Apparue en 1994 à l’initiative de Pantone, elle cohabite avec d’autres procédés 6 couleurs (IndiChrome qui est un faux Hexachrome). Elle permet de reproduire un plus grand nombre de nuances à partir de six couleurs primaires de l'hexachromie qui sont : noir, cyan, magenta, jaune, orange et vert. Suivant les cas, le vert peut être remplacé par le bleu réflexe.

Traditionnellement, des tons directs sont ajoutés au noir ou aux CMJN pour s’assurer de la reproduction correcte d’un nombre important de couleurs ce qui induit le coût supplémentaires des encres et les limites de rajout de couleurs qu’impose la presse en un tour machine.

En couleurs hexachromes, les couleurs primaires CMJN sont modifiées de façon à être des encres plus fraîches et lumineuses. Renfermant des pigments fluorescents donnant plus de vivacité et d‘intensité aux couleurs imprimées, les couleurs primaires CMJN modifiées sont plus chromatiques que les encres CMJN standards.

 

 

 

10 couleurs d’encres de base composent les couleurs Pantone :

Auxquelles ont été rajoutées dans les années 80 :

On a constaté que les domaines les plus défavorisés dans la reproduction des couleurs concernent surtout les verts et les oranges. Les violets, couleurs moins fréquentes et de luminances faibles, posent moins de problèmes.

                6 couleurs de l'Hexachrome 
  de Pantone : Noir, Cyan, Magenta, Jaune + Orange, Vert      
  Figure 10 - 6 couleurs de l'Hexachrome de Pantone :
Noir, Cyan, Magenta, Jaune + Orange, Vert
 
     

Problème de restitution de la couleur : en synthèse soustractive (par exemple, en utilisant des pigments : peinture, crayon, encre d'imprimerie, feutre), la couleur orange s'obtient théoriquement en mélangeant beaucoup de jaune et un peu de magenta (ou du jaune et du rouge). La proportion est généralement de 3 à 4 parts de jaune pour une part de magenta. Le orange obtenu par la quadrichromie en imprimerie ne permet pas d'obtenir une teinte pure. Comparé à un orange pur, il passe pour un beige ou un marron orangé. En fait, la couleur orange est réputée impossible à obtenir réellement en imprimerie : on ne fait que la simuler. Il faut savoir qu’un orange naturel saturé RVB est composé de 100% de rouge et 50% de vert (0% de bleu). Sa simulation en quadrichromie donne 55% de magenta et 85% de jaune. Cette dernière ne parvient pas à restituer un orange pur. Pour obtenir un orange pur en imprimerie, on a donc recours à des pigments spécifiques (par exemple le Pantone orange 021 ou bien un mélange rouge chaud et jaune chaud).

                Gamut hexachrome : 
  nettement supérieur à celui du CMJN et se rapproche du RGB 
  donc de l'affichage écran      
  Figure 11 - Gamut hexachrome : nettement supérieur à celui du CMJN
et se rapproche du RGB donc de l'affichage écran
 
     

L’hexachromie donne aussi de meilleurs violets que la quadrichromie. Cependant, il faut faire des choix. Si l'on ajoute plus de violet, on perd dans les oranges or ceux-ci élargissent considérablement le gamut.

2 381 000 couleurs sont visibles par l’œil, 337 700 sont reproductibles en CMJN (encres EuroStandard) soit 14 % de l’espace visuel. En hexachromie, 495 150 couleurs sont reproductibles ce qui augmente les possibilités à 20% de l’espace visuel.

60% seulement des couleurs Pantone directs sont reproductibles par le système CMJN alors que le système Hexachrome permet d’avoir des couleurs plus vibrantes, plus fraîches, des tons chairs plus réalistes avec la possible reproduction de 90% des couleurs aplats Pantone Matching System, soit le double des couleurs pouvant être reproduites en CMJN. Cela réduit considérablement les temps machine et par conséquent, les coûts et cela évite d'utiliser des tons directs (12 couleurs en tons directs peuvent être réduites aux six couleurs de l’hexachromie).

À la différence de la septichromie d’Harald Küppers dont les résultats sont appréciables mais pendant longtemps en décalage avec le parc des machines et nécessitant plusieurs passages –, l’hexachromie proposé par Pantone se place plus en correspondance avec les matériels des entreprises. Son principal domaine d’application reste l’emballage dont la couleur est un élément fort d'attractivté. L'hexachromie est cependant moins étendue en France qu’aux États-Unis (2 à 3% contre 30%). En 2002, elle occupait 1% du marché de l’imprimé français.

                Espace couleurs CIE 2 381 000 couleurs distinguées par l'oeil   Encres EuroStandard 337 700 couleurs soit 14% de l'espace colorimétrique visuel   Espace Hexachromie 495 150 couleurs soit 20% de l'espace colorimétrique visuel   Espace Hexachromie + EuroStandard   Espace CIE + Espace Hexachromie + EuroStandard  
  Figure 12 - Espace couleurs CIE 2 381 000 couleurs distinguées par l'oeil   Figure 13 - Encres EuroStandard
337 700 couleurs soit 14%
de l'espace colorimétrique visuel
  Figure 14 - Espace Hexachromie
495 150 couleurs soit 20%
de l'espace colorimétrique visuel
  Figure 15 - Espace Hexachromie
+ EuroStandard
  Figure 16 - Espace CIE
+ Espace Hexachromie
+ EuroStandard
 
                     

L’écran est une nouvelle donnée d’épreuvage pour l’Hexachrome. L’affichage des écrans est peu de choses près le même et ne dépend pas de la marque. Les subtiles différences sont dues à la nature des canons à phosphore (Mitsubishi, NEC, Sony Trinitron).

Avec la technologie LCD, les écrans destinés à l’industrie graphique ont énormément gagné en haute fidélité d’affichage. Cependant, une nouvelle génération d’écrans a vu le jour notamment avec le LCD Cg220 Eizo Nanao Technologies qui revendique une gamme de couleur proche de l'espace RVB trouvé dans des produits d'Adobe. Cela permet à plus de couleurs d’être vues sans être compromises par le gamut de l’écran. Car encore faut-il savoir que l’espace Adobe RVB est l'espace chromatique préféré de RVB à employer pour des fonctions de Hexachrome puisqu'il englobe une gamme plus étendue de couleurs reproductibles dans l'impression Hexachrome.

Les espaces couleurs RGB et le color match de RGB sont beaucoup plus petits et ne tirent pas profit de la palette de couleurs plus grande d'Adobe RVB qui contient plus de couleurs Hexachrome imprimables. Un écran le plus proche d'Adobe RVB est donc l’idéal. Les versions de Photoshop Cs3, ou encore les précédentes, ne permettent ni l’affichage des séparations et des trames, ni les fonctionnalités de conversion. Des plug-ins sont nécessaires à cet effet. Par ailleurs, ces plug-ins ne fonctionnent pas sur les versions Cs3. À l'origine, ils ont été conçus pour la version de Photoshop 6.

La meilleure approche pour réaliser des travaux en Hexachrome est de travailler dans l’espace couleur RVB pour les image bitmap et de spécifier les tons directs dans les travaux vectoriels en utilisant la librairie de couleurs Pantone Matching System ou les valeurs RVB. La méthode la plus pratique est de faire un épreuvage, des séparations Hexachrome et de visualiser sur un écran correctement calibré ou de faire une sortie sur imprimante jet d’encre destinée à cet effet. Pour les fournisseurs de l’épreuvage, deux grands marchés se dégagent : les impressions grand format jet d’encre et les imprimantes jet d’encres (à base de solvants).

Dans la plupart des cas, deux couleurs supplémentaires fonctionnent bien au lieu de la couleur impaire. Vous ne voudriez pas réellement établir un profil de cinq couleurs ICC juste d'un primaire rouge supplémentaire pour la sortie photographique. Ajouter le bleu avec primaire rouge fournit la couleur complémentaire.

L’un des grands défis de la conception et de l’impression Hexachrome de Pantone est l’épreuvage. Les systèmes (rips d’épreuvage) sont adaptés seulement aux primaires CMJN et les tons directs. La suite Color Hexware de Pantone comprend les plug-ins nécessaires pour la séparation, la correction couleur, le vectoriel hexachromie et intègre des bibliothèques prêtes à cet effet.

II-3-2-2 - IndiChrome de HP
        Nuancier Indichrome de HP  
  Figure 17 - Nuancier Indichrome
de HP
 

HP ElectroInk : HP IndiChrome

Les encres HP ElectroInk pour l'impression numérique sont disponibles dans une large gamme de couleurs, dont l’ensemble six couleurs de la gamme HP IndiChrome. Cela comprend l'orange et le violet, et permet d'étendre les capacités de reproduction des couleurs bien au-delà de ce qu'autorisent les encres CMJN. Les couleurs d'accompagnement HP IndiChrome, mélangées à partir d'encres de base, restituent les couleurs d'accompagnement y compris la plupart des références Pantone.

L’IndiChrome de HP, développé par Pantone spécifiquement pour les presses Indigo, permet une qualité d’impression proche de l’offset conventionnelle grâce au système intégré de compensation de point qui élimine l’élargissement de l’offset. Les points étant uniformément imprimés et réguliers, le transfert de la couleur est plus qualitatif. La particularité de HP ElectroInk est de n'utiliser qu'un seul ensemble de couleurs pour tous les standards. L’épaisseur de l’encre donc la densité de couleurs est modifiée électroniquement permettant ainsi une rigueur optimale dans la gestion des paramètres qualité.

 

 

                6 couleurs de l'IndiChrome d'HP : 
  Noir, Cyan, Magenta, Jaune + Orange, Violet      
  Figure 18 - 6 couleurs de l'IndiChrome d'HP :
Noir, Cyan, Magenta, Jaune + Orange, Violet
 
     
                Impression de points : 
  ElectroInk IndiChrome       Impression de points : 
  offset  
  Figure 19 - Impression de points :
ElectroInk IndiChrome
  Figure 20 - Impression de points :
offset
 
         

II-3-3 - Septichromie : Opaltone Digital Color

                Gamut Opaltone      
  Figure 21 - Gamut Opaltone  

Au début des années 90 l'expression "couleur de haute fidélité" a été conçue pour mieux introduire les processus d'impression avec plus de quatre couleurs. En 1998, Opaltone a identifié les insuffisances dans les systèmes Hi-fi, le CMYK (=CMJN) et de tons directs.

La solution Opaltone® Certified™ est un système de reproduction de Digital Color™ qui utilise CMYK plus un R'G'B (=RVB) qui fournit une gamme de couleurs étendue au-delà de CMYK et réduit en même temps l’inventaire des tons directs à seulement sept couleurs de processus. Ceci est totalement réalisé par le mélange numérique des CMYK R,G,B dans des trames de demi-tons. Ce qui a mené au développement complet de l'OMS™ (système assorti d'Opaltone) comprenant :

 

                7 couleurs de l'Opaltone : Noir, Cyan, Magenta, Jaune + Orange, Vert, Bleu      
  Figure 22 - 7 couleurs de l'Opaltone :
Noir, Cyan, Magenta, Jaune + Orange, Vert, Bleu
 
     

 

 

Logiciel Opaltone® CX : c'est un plug-in pour Adobe Photoshop pour la séparation couleur en multichromie. Opaltone CX peut séparer n'importe quelle Image source Lab, de RVB ou de CMYK dans CMYK + R', G', ou B'. Les séparations R'G'B sont entièrement intégrées, ce qui signifie que n'importe quelle image peut être séparée jusqu'à 5, 6, ou 7 couleurs.

Opaltone® CX peut également séparer une image dans juste 6 couleurs : CMY+R,G,B. Élimination du besoin “de la séparation noir “ (fréquent en flexographie). À l'encre noire est maintenant numériquement simulé avec la balance des gris du R'G'B d'Opaltone.

                Combinaison de couleurs Opaltone      
  Figure 23 - Combinaison de couleurs Opaltone  
     

II-4 - Séparation, tramage et gestion de la couleur

II-4-1 - Color break up (Color Separation)

Il faut admettre que l’impression quadrichrome est principalement un processus trichromatique de reproduction. Toutes les couleurs sont obtenues à partir des trois couleurs de base : cyan, magenta et jaune. L’ajout du noir ne change rien à ce principe de base.

Les filtres utilisés pour séparer les couleurs doivent être impérativement adaptés aux encres. La séparation couleur en quadrichromie repose sur le principe du mélange soustractif de la couleur. Les points de l’image tramée sont d’une certaine manière isolés les uns à côté des autres et, en même temps, surimprimés. On retrouve autant la synthèse soustractive (la surimpression de surfaces de points de trame à l’aide de couleurs uniques) que la synthèse additive (l’intégration par l’œil de l’observateur des couleurs uniques des points de trame isolés).

Petits et juxtaposées, les points de trame produisent un effet similaire à la synthèse additive des couleurs induites par les couches phosphorescentes d’un écran couleur. La composition soustractive de couleurs se produit exclusivement en surimprimant des surfaces assez grandes de couleur. Le film d’encre appliqué sur le papier doit être transparent car il fonctionne comme un filtre couleur différemment des couleurs en tons directs appelées également solid colors.

                Synthèse soustractive       Synthèse additive  
  Figure 24 - Synthèse soustractive   Figure 25 - Synthèse additive  
         

II-4-2 - Synthèse des couleurs en polychromie conventionnelle

En impression offset conventionnelle, les différents éléments des trames se forment strictement selon la loi de la synthèse soustractive. On travaille avec les trois couches de couleurs transparentes : Jaune (Y), Rouge-Magenta (M) et Bleu-Cyan(C). Dans ces cas, l´épaisseur des couches reste identique. Les valeurs des teintes sont simulées au moyen des trames. La grandeur des points de trame peut varier entre zéro (papier blanc) et 100% (surface intégrale de la couche de couleur).

Les endroits vierges entre les éléments de trame imprimés représentent des quantités partielles de la couleur de base blanche qui a le devoir de compenser les valeurs différentielles. A l´endroit de l´image qui ne présente qu´une seule couche de couleur, nous avons affaire à des quantités partielles des couleurs fondamentales chromatiques jaune, magenta et cyan.
Si, à un endroit de l´image, se trouvent des éléments de trame de deux couches chromatiques superposées, apparaissent les couleurs secondaires : Rouge-Orange (R), Vert (G) et Bleu-Violet (B).
Si, en fin de compte, des éléments de trame de toutes les trois couches chromatiques se superposent, nous avons affaire à des quantités partielles de la couleur achromatique noire, en tant que couleur tertiaire.
Si nous observons les structures des trames d´une impression en offset conventionnelle à travers une loupe, nous pouvons distinguer des éléments de trame de toutes les huit couleurs fondamentales de Küppers.
Si cette adaptation n’est pas optimale, des transformations couleurs supplémentaires sont nécessaires grâce à la gestion  de la couleur.

                Orientation d'angle 
  dans la séparation couleurs en quadrichromie       Points de trame en quadrichromie  
  Figure 26 - Orientation d'angle dans la séparation couleurs en quadrichromie  
         

Les angles de tramage standard dans la quadrichromie sont :

                Angles de tramage standard en quadrichromie      
  Figure 27 - Angles de tramage standard en quadrichromie  
     

L’expérience a montré que lorsque des couleurs sont additionnées, les couleurs complémentaires doivent prendre les mêmes angles. Ainsi, dans l’hexachromie de Pantone Hexachrome, l’orange se superpose au cyan et le vert au magenta par exemple.
Ceci n’exclut pas totalement le moirage et exige la maîtrise des engraissements et du transfert film-plaque, si l'on est dans un cas de computer-to-film (CTF). La trame aléatoire, appelée aussi trame stochastique, peut être une bonne alternative au moirage. En outre, elle permet de lisser l’image et d’affiner le rendu en fonction des zones et des détails.

                Trame conventionnelle       Trame aléatoire out trame stochastique  
  Figure 28 - Trame conventionnelle   Figure 29 - Trame aléatoire ou trame stochastique  
         

Quelques exemples de trames en images :

II-5 - Récapitulatif des systèmes de gestion multichrome

Qualité couleur Color system Nombre couleurs Procédé Caractéristiques Avantages Inconvénients
Digital Process 4C CMJN 04 Numérique Impression dans les limites du gamut Faible consommation d'encre
Rapidité
Granulation
Gamut couleur restreint
Dark/Light 6C CMJN+ Clight, Mlight 06 Numérique Produit une image lisse/4C avec faible granulation Optimise les couleurs imprimées dans les zones claires Plus grande consommation d'encre
Vitesse moins grande
Dark/Light 8C CMJN+ Clight, Mlight, Jlight, Nlight 08 Numérique Produit une image lisse/4C, 8C avec faible granulation Optimise plus les couleurs imprimées dans les zones claires Plus grande consommation d'encre
Vitesse moins grande
Dark/Light 12C CMJN+RVB+ Clight, Mlight, Jlight, Nlight 12 Numérique Produit une image lisse/4C, 8C
Qualité photo
Optimise encore plus les couleurs imprimées dans les zones claires
Gamut plus grand
Plus grande consommation d'encre
Vitesse moins grande
Quadrichromie CMJN 04 Conventionnel
Numérique
Impression dans les limites du gamut Faible consommation d'encre Gamut optimisé mais restreint
Quadrichromie + Spot Colors CMJN + illimité en option Illimité Conventionnel
Numérique
Tons directs permettent des couleurs spéciales qui ne sont pas dans le gamut Consommation d'encre très importante Temps important sur toute la chaîne pour tons directs
Hexachrome Pantone CMJN + Orange, Vert 06 Conventionnel
Numérique
Gamut plus large
Amélioration des oranges et verts
Moitié consommation encre importante T.D. Limitations du marché
Non adaptation de la gestion couleur
Indichrome (HP) Digital Color CMJN + Orange, Violet 06 Conventionnel
Numérique
Gamut plus large
Amélioration des oranges et violets
Moitié consommation encre importante T.D. Limitations du marché
Non adaptation de la gestion couleur
Opaltone Digital Color CMJN + RVB 07 Conventionnel Gamut plus large Moins consommation encre que T.D. Limitations du marché
Non adaptation de la gestion couleur
Xcolors (PixelWorld)   Illimité     Adaptation totale à la gestion de la couleur  

Tableau 1 - Comparaison qualitative des systèmes multichromes

III - Le marché de l'impression couleur
Plan 

 

III-1 - Marché de l'impression multichrome

Selon Pira International, le marché mondial de l’impression pour la décennie 2000 -2010 sera dominé par l’Amérique du Nord 33%. L’Asie, avec la Chine et l’Inde, comptera pour 30% L’Europe arrive en troisième position avec 29%. Le déclin du marché des procédé conventionnels notamment de l’offset se confirme au profit du numérique à l’horizon 2015 selon l’étude du Sicogif portant sur l’avenir de l’imprimé.

  2002/2003 2005/2006 2007/2008 Per cent growth
2002/03 to 2007/08 (%)
Austria 47 63 76 61.7
Belgium and Luxembourg 59 79 95 61.0
Denmark 30 40 48 60.0
Finland 30 40 48 60.0
France 348 463 560 60.9
Germany 478 636 770 61.1
Italy 336 447 541 61.0
Netherlands 94 125 151 60.6
Portugal 29 39 47 62.1
Spain 230 306 370 60.9
Sweden 53 64 78 47.2
Switzerland 41 55 66 61.0
UK and Ireland 378 503 609 61.1
Total 2 153 2 860 3 459 60.7

Tableau 2 - Marché de l'impression couleur numérique
de l'Europe de l'Ouest (millions d'euros)
Source : Pira International

                Marché de l'impression couleur numérique de l'Europe de l'Ouest en 2007/2008      
  Figure 30 - Marché de l'impression couleur numérique
de l'Europe de l'Ouest en 2007/2008 (millions d'euros)
Source : Pira International
 
     

Dans son numéro hors série 2007, Pira International annonce les chiffres de l’Europe de l’Ouest 2007/2008. Le marché de l’impression numérique couleur est favorable à l’Allemagne qui vient en tête de liste avec une croissance du marché de 22%, suivie par la Grande-Bretagne avec 18%. La France et l'Italie sont quant à elles dans des positions presque équivalentes avec 16%. Ce classement se maintient depuis 2002 mais les volumes ont baissé depuis, sauf pour l’Allemagne qui reste leader du marché européen.

En 2007/2008, le marché européen du numérique occupe 7,14% du marché global de l’impression avec une croissance d’environ 62% relativement à 2002/2003. Le marché de l’impression numérique couleur occupe 25,8% du marché de global de l’impression numérique.

  2002/2003 2005/2006 2007/2008 Notes
Total print market 116 647 135 920 146 428  
Total graphics market 92 663 106 744 113 248  
Combined print and graphics market 203 310 242 664 259 676 26% of world market
Digital colour print 2 153 2 860 3 459 25.8% of total digital market
Total digital print 8 334 11 093 13 423 7.14% of print market

Tableau 3 - Marché de l'impression couleur numérique
de l'Europe de l'Ouest / Marché global de l'impression (millions d'euros)
Source : Pira International

Les marchés spécialement concernés par l’impression multichrome au-delà de quatre couleurs sont :

  2002/2003 2005/2006 2007/2008 % growth 2002/03 to 2007/08 CAGR (%)
Catalogues 137.7 164.8 188.3 39.8 6.9
Newspapers 109.3 133.0 149.2 36.5 6.4
Direct mail 135.1 164.8 188.3 39.4 6.9
Magazines 295.9 406.9 490.4 65.7 10.6
Books 167.5 212.1 146.7 -12.4 -2.6
Office stationery 59.4 58.6 55.7 -6.2 -1.3
Labels 87.7 129.8 167.0 90.4 13.7
Packaging 397.7 568.9 718.6 80.7 12.6
Transactional 76.2 98.5 133.8 75.6 11.9
Promotional,
brochures, inserts
88.2 117.2 137.4 55.8 9.3
Commercial 53.5 707.0 848.1 58.5 9.7
Bilboards and point of sale 66.5 96.8 132.7 99.5 14.8
Subtotal 2 153.2 2 858.4 3 356.2 55.9 9.3
Colour printers 30-49cm 225.0 274.5 315.6 40.3 7.0
Colour printers >50cm 298.0 342.7 383.8 28.8 5.2
Subtotal 523.0 617.2 699.4 33.7 6.0
Total 2 676.2 3 475.6 4 055.6 51.5 8.7

Tableau 4 - Marché de l'impression couleur numérique
de l'Europe de l'Ouest par secteurs (millions d'euros)
Source : Pira International

Le livre est le parent pauvre de l’industrie du secteur. Ses chiffres baissent et se justifient sans doute par la multiplication des supports numériques et le temps passé devant Internet au dépens de la lecture.

Pour l’année 2007/2008 relativement à 2003/2004, au même moment le pourcentage de croissance de l’emballage et de l’étiquettes atteignent des chiffres records totalisant une moyenne de croissance de 85,5 %, sachant que le volume se concentre dans ces secteurs du marché de l’impression et que la multichromie est fort utilisée par l’ajout de tons directs dans l’emballage.

Le promotionnel est à 55,8% de taux de croissance. Les catalogues et magazines totalisent une moyennes de 52,75 % de taux de croissance. 85% des installations de presses numériques en France en 2006 sont assurés par les gros fournisseurs : Xerox,HP, Xeikon, MGI, Kodak. Leur pouvoir de négociation est tel que l'évolution de leur offre dictent les tendances d’évolution du secteur graphique.

        Presse HP Indigo 5000  
  Figure 31 - Presse HP Indigo 5000  

Avec sa série Indigo, HP révolutionne la technique en introduisant l’offset numérique mais confirme aussi la suprématie de ce procédé en terme de qualité couleur, ce qui confirme la stabilité de sa part de marché en tant que procédé conventionnel et donc des qualités intrinsèques de l’imprimé dont la couleur.
Elle apporte une avancée importante dans la notion d’homogénéisation des éléments de la couleur le long de la chaîne de production en créant une encre Electroink et l'IndiChrome spécialement mis au point pour son hexachromie.
Les paramètres d’encre, d’encrage, de gestion de la température sont précis et peuvent faire l’objet d’amélioration plus conséquente.
Le Rips ICISS est récupéré au profit de la série Indigo. Il est probablement l’un des seuls existant auprès du MCS (récupéré par Heidelberg).

HP occupe la première place sur le marché depuis 2001 jusqu’à aujourd’hui avec la série de presses Indigo. Dans ce contexte, s’ajoutent des investissements de certaines imprimeries comme Imprimerie Chirat dans le développement logiciel d’outils de séparation, de profilage, d’épreuvage qui peuvent laisser croire à l’émergence d’un créneau nouveau de développement.

L’idée est renforcée par les alliances diverses.
XRite rachète le fournisseur d’appareils de mesure couleur et de logiciels de gestion couleur Gretag Macbeth puis Pantone, le leader de la fourniture de la couleur tous secteurs confondus qui reste le principal fournisseur d’autres multichromies (Indichrome). XRite se place en première position mondiale sur le marché des solution couleurs.

  2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Machine price range (€)
AB Dick Colour 1.00 2.00 3.50 4.00 5.00 6.50 8.00 10.00 160.00
Aprion 6.00 10.50 14.00 17.50 21.00 24.50 28.00 32.00 price on asking
Datrix 2.00 4.50 9.00 13.50 18.00 22.50 27.00 31.50 900.000 upwards
Canon 5000+ 3.20 3.90 4.00 4.40 4.80 4.40 4.00 3.00 101.00
Canon 3200 0.00 0.00 66.00 30.00 35.00 40.00 45.00 50.00 30.000
Elcorsy ELCO400 0.00 0.00 0.00 0.00 2.00 2.00 4.00 4.00 2.000.000
(Heidelberg) NexPress 2100 4.00 4.80 7.20 15.69 18.65 20.32 22.16 14.50 480.000
Heidelberg SM7 4 DI 2.65 3.98 5.30 5.30 7.95 10.60 14.57 15.36 1.325.000
Heidelberg QM DI-Pro 55.00 60.00 63.00 64.00 66.00 68.00 70.00 72.00 520.000
HP Indigo 75.00 100.00 125.00 150.00 175.00 200.00 225.00 250.00 $200.000 - $400.000
Inca Digital 2.40 7.20 8.80 10.40 11.20 12.00 14.40 14.50 price on asking
KBA 46 Karat 1.00 2.00 2.60 3.20 5.20 7.00 8.80 11.00 440.000
KBA 74 Karat   1.00 2.00 2.60 3.20 5.20 7.00 8.80 950.000
Komori S40D 0.00 0.00 10.00 13.00 15.00 17.00 20.00 23.00 price on asking
 MAN Roland
Dicoweb 320
0 0 3 4 4 5 6 7 price on asking
Konica Minolta 8550 0 0 0 30 34 38 42 46 41.000
Océ 700 and VarioPrint 5000 10.2 14.96 17.68 20.4 23.13 26 28.5 31 170.000
Ryobi 2 4 6 8 10 13 15 17 390.000
Sakurai 74 EPI-DI 0 0 0 0 0 0 0 0 820.000
Screen Truepress 1.1 1.7 2 2.5 3 4 5 6 400.000
Scitex Digital Printing 15 25 34.5 41 46 52 58 63 1.150.000
Xerox DocuColor
2045/2060 series
25 27 29 31.3 33.9 36.4 38.9 40.5 120.000 - 180.000
DocuColor 3535 6 7.2 8.4 10.8 12.6 16.2 18.9 20 52.000
DocuColor 6060 0 0 7.5 8.3 9.13 10.05 11 11.6 213.000
iGen3 0 0 5.6 11.2 11.98 12.81 13.7 14.65 800.000
Xeikon DCP 3 20D/500D 34 68 10 0 0 0 0 0 price on asking
Total 246 348 444 501 576 653 735 796  

Tableau 5 - Presses numériques les plus vendues en Europe de l'Ouest par secteurs (en milliions d'euros)
Source : Pira International

III-2 - Technologies développées pour les systèmes multichromes

Conception Proofing & color management Separation Printing
Printing system Color system Number of colors Graphic softwares Screen new data Profiling and proofing Mesure tools Licences of proofing Proofing printers Color separation Printers Inks
Four-color process CMJN 04 AdobeSuit
QuarkXPress
Corel Suit
Macromedia, etc
  EFI/Bestcolor
EFI colorproofXF
Techno print (Mac)
Gmg colorproof
Prinergy (Creo)
Alwan color
Dalim
Xrite-GretagMacbeth
Esko flexproof
ProofMaster, etc.
Xrite / Gretag
Datacolor
Konica Minolta
Techkon, etc.
All the market solutions All the market solutions Agfa Apogee, Prinergy (Creo), Fiery, etc. All the market solutions Sicpa, Sun Chemical, Coates Lorilleux, etc.
Spot colors (direct tones) Pantone, DIC, NCS,
Focoltones, Toyo,
Trumach, HKS, RAL
CMJN+ unlimited spot colors " " " " " " " " "
Six color process hexachromie Pantone Hexachrome
Xcolors (PixelWorld)
06
CMJN + Orange, Green
Adobe Photoshop, Adobe Illustrator, Macromedia free hand, QuarkXPress, Corel suite
 
Eizo Nanao Technologies écran LCD


Cg220 which reproduced Adobe RGB

ColorSuite for Hexachrome de Pantone (HexWare® , Pantone solid in hexachrome Guide,
pantone color bridge coated euro, Hexachrome test form et test form CD.
   
Systeme Monaco
MonacoProfiler™
 

Créo Inc
Profile Wizard™
 

Itec
color Blind
Professional
GretagMcBeth
Profile maker
Gimlé Limited
AbsoluteProof


ColorBurst RIP


Onyx PosterShop
(no screening)

Spectrocolorimeter ColorCue of Pantone
 

Densitometer non adapted

Dupont
Digital WaterProof®/
Chromalin® AX4 digital waterproof
WaterProof/Cromalin CVLatran
Technologies LLC
Polaroid graphic’s imaging’s
Prediction 1420 (formerly PolaProof™
Digital Halftone Proofing System
Fuji
Color Art
FinalProof
Kodak Polychrom
KodakTM App
Matchprint™ Negative Color
Proofing Film with HiFi
Proofing Set
Matchprint Digital Halftone Proof
with HiFi Color
Roland
HiFi Jet Pro
HiFi Jet
Epson
stylus pro 10600

(Ultrachrome)

Roland
Hi-Fi Jet
HI-Fi Jet Pro

Gimlé Limited’s
AbsoluteProof
Extrachrome
CMJN, O,V)
utilise encres
ultrachromes
des epson 2004

Logiciel MCS de linotype (issued
of Eder and having
joined heidelberg)
not marketed
anymore

ICSS adapted in
ICISS pour Indigo
not marketed
anymore

Hexware Pantone

XRite/Gretag
Macbeth

MultiColoPlug-in

Waterless
offset, flexo
> 6 Couleurs
Heidelberg
Manroland
Komori

Mimaki,
Mutoh,
Roland,
Vutek

Encres
Pantones
Hexachrom

Lorilleux,
BASF,

hexachrome,
Brancher

  Indichrome of HP 06
CMJN+ Orange,
Purple
    Gmg ColorProof XF
4.5
Spectrocolorimeter
Densitometer
non adapted
  HP Z21005
HP Z3100
ICISS for Indigo
.X-Rite/Gretag
Macbeth
Indigo HP
Series
ElectroInk HP
Seven Color Process
Heptachromie
Opaltone
Xcolors (PixelWorld)
07
CMJN+ RVB
        HP Z21005
HP Z3100
Plug-in for
A.Photoshop
Opaltone® CX
   
7 colors and more Xcolors (PixelWorld)                    

Tableau 6 - Technologies pour systèmes multicouleurs

III-3 - Diagramme de Porter

                Diagramme de Porter sur le marché 
  de l'impression multichrome      
  Figure 31 - Diagramme de Porter sur le marché de l'impression multichrome  
     

III-4 - Matrice de Swot

Forces Faiblesses
  • Ses possibilités d’élargissement du nombre de couleurs
    reproductibles (gamut), la qualité photo et le rendu réel
  • Couleurs éclatantes et très contrastées
  • La permanence du document imprimé
  • L’introduction du média Web
  • Nécessité de systèmes de gestion des couleurs
  • Exigences d’investissement supplémentaire
  • Les textures ne sont pas mises en valeur
  • Tramage en addition nécessaire
  • Les outils de la chaîne de production de la couleur notamment en
    prépresse pas assez développés (rips de séparation couleur,
    tramage des séparations )
Opportunités Menaces
  • L’automatisation avec le JDF
  • Les flux numériques et leurs opportunités de développement
    de la numérisation des processus de séparation couleur
    et des tramages de séparation
  • L’entrée des nouvelles plus values technologiques + attrayantes
  • L’amélioration des résolutions des presses numériques au rendu
    de détails plus importants se substituant au nombre de couleurs
  • Les technologies des têtes d’encres et encres permettent
    un dépôt plus qualitatif réduisant la taille de la goutte
  • La généralisation du tramage qui améliore notamment aléatoire
    et hybride
  • Le rendu photographique avec un nombre de couleurs réduites réduisant
    les coûts de gestion

Tableau 7 - Matrice de Swot analysant le marché de l'impression multichrome

III-5 - Analyse, scénarios d'évolution

Si l’on se base sur l’étude de tendances faite par Pira International, se confirme alors le développement de l’impression numérique voire l’accélération du transfert vers l’impression numérique, de l’automatisation des flux (JDF) avec des tirages certes plus courts mais plus performants la législation européenne en matière d’utilisation des solvants aidant. La couleur, la séparation couleur, le tramage des séparations couleur, la gestion de la couleur, les outils de mesure de la couleur, les logiciels graphiques, vont trouver un terrain favorable pour une évolution plus rapide.

III-5-1 - Scénario 1 : évolution des techniques multichromes en impression

En offrant des solutions techniques, le numérique contribuera à améliorer les procédés conventionnels dans l’application de la multichromie car on n’a pas encore inventé des procédés à la hauteur de l’offset dans la qualité de d’impression des beaux livres, des supports associés à l’industrie du luxe, même si les volumes baissent dans ces créneaux d’impression et même si l’adoption des flux numériques en amont de l’impression conventionnelle reste inévitable.

Le développement des moyens automatisés de l’impression multichrome notamment dans la partie prépresse des procédés conventionnels viendra de son concurrent : le numérique. Le retard accusé par l’impression couleur multichrome, souvent justifié par la contrainte de la gestion colorimétrique, sera compensé par l’adoption et le passage grandissant au numérique de toutes les imprimeries voulant survivre dans le marché. Cette progression notamment dans les marchés de l’impression du beau livre, du luxe et des œuvres d’art sera justifiée par la baisse des volumes et donc la nécessité de se battre par un ajout de qualité couleur. Certaines actions économiques comme le rachat d'X-Rite, de Gretag McBeth principal fournisseur d’outils de mesure de la couleur, et de Pantone principal fournisseur de couleurs et ayant déja développé des solutions couleurs pour un leader du marché de l’impression HP pour ses Indigo avec l’encre IndiChrome. Les fusions témoignent des tendances futures. Des imprimeries, comme l'Imprimerie Chirat, se sont dotées de moyens logiciels d’automatisation de la séparation couleur multichrome à fort coût pour développer leur qualité de reproduction couleur. Ce qui témoigne peut être de la tendance d’évolution de la multichromie, autant en conventionnel qu’en numérique.

III-5-2 - Stabilisation de l’impression multichrome au-delà de quatre couleurs

Avec la baisse des volumes notamment dans l’impression haute qualité couleur dans les marchés qui l'intéressent, l’offset résistera mal à l’explosion numérique. Tout investissement dans la multichromie des procédés conventionnels serait un trop grand risque pour les imprimeurs du domaine même si les moyens évoluent. La couleur, étant relative pour le profane client indirect (comme l’acheteur du livre ou d’un magazine), ne ferait pas trop grande différence.

L’industrie du luxe cible un marché relativement restreint. Pour vendre plus, l’imprimeur devra être innovant et créatif et répondre à l’engouement technologique des clients en stabilisant la qualité couleur de la multichromie (+ tons directs) et en y introduisant des plus values technologiques. Incorporation des encres spéciales à effet (flagrances micro-encapsulées, encres changeant avec la température), marquage laser pour la traçabilité et la sécurité, électronique imprimée, identification par radio fréquence (RFID), images lenticulaires changeant avec le changement de l’angle de perception ou à effet de zoom sur certaines parties.

IV - Conclusion
Plan

1. Les encres Dark/Lights 6C ? Dark/Lights 8C ? Elles ne sont pas de véritables multichromies au-delà de la quadrichromie qu’elles englobent.

2. Les seules multichromies réellement existantes au-delà de quatre couleurs sont :

3. Le retard dans le développement de la multichromie est dû à celui du développement des logiciels de séparation de couleurs, des logiciels d’épreuvage et d’outils de gestion couleur dédiés à la multichromie.

4. L'investissement de certaines imprimeries, comme l'Imprimerie Chirat, dans le développement logiciel d’outils de séparation, de profilage et d’épreuvage peuvent laisser croire à un créneau nouveau. L’idée est renforcée par les alliances diverses X-Rite rachète le fournisseur d’appareils de mesure couleur et de logiciels de gestion couleur Gretag MacBeth puis Pantone, le leader de la fourniture de la couleur tous secteurs confondus et qui reste le principal fournisseur d’autres multichromie (IndiChrome). X-Rite se place en première position mondiale sur le marché des solution couleurs.

4. Parmi ces systèmes couleur, celui qui a connu le plus de moyens est l’Hexachrome de Pantone, plus ancien, plus expérimenté et mieux doté. Celui qui peut induire le plus de moyens est sous l’impulsion de Pantone devenu X-Rite : c’est l’Indichrome de HP car il se positionne dans le marché en forte croissance de l’impression couleur numérique.

5. Les différentes certifications développées par le Sicogif pour garantir la qualité et le respect des normes ainsi que la tendance des fournisseurs de couleurs (Pantone, Opaltone) à dresser des listes de clients généraliseront l’emploi des procédés plus qualitatifs d’une part et renforçant l’apparition d’un nouveau genre de groupements et donc la position de la multichromie, d’autre part.

6. L’essor grandissant et confirmé de l’impression numérique va de plus en plus révolutionner le prépresse et donner à l’impression, tous procédés confondus, les moyens de développer la multichromie. Cependant, la baisse globale des volumes d’impression, la gestion d’une entreprise nécessitant des choix stratégiques pour de meilleurs ventes et le maintien de la position concurrentielle pourraient favoriser davantage l’adoption des substituts technologiques que la qualité couleur. Cette dernière, qui n’est déjà pas si mauvaise, continuera à progresser mais dans une moindre proportion que le reste des moyens nouveaux de l’imprimé. La couleur peut être la valeur d’investissement à long terme. Certaines des plus values technologiques passeront le cap de la mode notamment celles liées à la sécurité, la traçabilité, alors que celles à valeur d’effet (images lenticulaires, encres micro-encapsulées, encres à fragance) disparaîtront avec le temps.

La couleur, quant à elle en tant que qualité intrinsèque, continuera certainement à exister comme valeur sûre.

V - Bibliographie et webographie

Plan 

ROUIS J.   Bilan du séminaire post-Drupa   Cerig - 10 juin 2004
http://cerig.efpg.inpg.fr/nouvelle/2004/Bilan-post-drupa.htm (consulté le 21/11/2007)
HOFMAN V.   Constantin met l'accent sur l'impression en hexachromie.   Caractère, juin 2007, n°632, p.64-65
AVENEL Y   Imprimer en hexachromie.   Caractère, 12 mars 2002, n°567, p.50-57
REID D.   [Pantone's Hexachrome] 6 colors hit the spot.   American Printer, oct. 2005, p.48-50
WEBSTER E.   Print unchained: fifty years of digital printing, 1950-2000 and behond.   Published by DRA of Vermont, Inc., West Dover, VT (available from IS&T)
EMMEL P.   Modèles de prédiction couleur appliqués à l’impression jet d’encre.   École Polytechnique Fédérale de Lausanne, 1998, 186 pages
    La couleur : le futur au présent.   Info Buro Mag n° 6 d’avril 2006
www.infoburomag.com/download.aspx?m=4&y=6 (consulté le 23/01/2008)
    Changez d’avis sur la multichromie !   Caractère, 10 mai 2004
Disponible sur http://www.caractere.net/editorial/241169/changez-d-avis-sur-la-multichromie-./ (consulté le 23/01/2008)
KIPPHEN H.   Heidelberg hand book of print media.   Édition springer 2001
OWENS J.C.   A tutorial on printing.   Disponible sur http://www.imaging.org/resources/web_tutorials/printing.cfm (consulté le 22/11/2007)
VANDSBURGER J.   8-Color printing: what’s hype and what’s real?
 
  Disponible sur http://www.signindustry.com/digital/articles/2003-01-31-NUR-8colorDigitalPrinting.php3 (consulté le 22/11/2007)
NYSTRÖM D.   Multispectral color reproduction using DLP.   Disponible sur http://www.t2f.nu/t2frapp_f_48.pdf (consulté le 22/11/2007)
CANVAS D.   Color printing guide.   Disponible sur http://www.biology.wustl.edu/biocomputing/ColorPrintingGuide.pdf (consulté le 22/11/2007)
WANG X.H., XIU X.J., ZHU W.H., TANG H.J.   Color control of the multi-color printing device.   Disponible sur http://engine.cqvip.com/content/tp/88140x/2006/007/007/gc102_tp2_22256170.pdf (consulté le 22/11/2007)
HEXIS   Digital Printing Glossary.   Disponible sur http://www.hexisgroup.com/img/pdf/hexis_dp_glossary03_2006.pdf (consulté le 22/11/2007)
    HP Scitex XL1500 industrial wide-format printer series - overview and features.   Disponible sur http://h10010.www1.hp.com/wwpc/us/en/ga/WF05a/18972-18972-3328065-2511410-2511409-3340920.html (consulté le
22/11/2007)
    Jargon buster.   Disponible dans http://www.biddles.co.uk/hh_jargon.htm (consulté le 22/11/2007)
    Colorimétrie : Universel Couleurs fait un bilan sur l’évolution de la Gestion de la Couleur dans les industries graphiques   Graphiline, 23 mars 2007
Disponible sur http://www.graphiline.com/index.php?page=article&idnewsarticle=9365 (consulté le 24/01/2008)
    La théorie de couleurs Küppers disponible dans
http://www.ipsi.fraunhofer.de/Kueppersfarbe/fr/index.html
consulté le 24/01/2008
  Disponible sur http://www.ipsi.fraunhofer.de/Kueppersfarbe/fr/index.html (consulté le 24/01/2008)
    Polymer Vision : Readius   Disponible sur http://www.polymervision.com/ (consulté le 24/01/2008)
    PerfectProof : la nouvelle génération à l’épreuve.   Disponible sur http://proofmaster.net/downloads/FolioMag_ProofMaster.pdf (consulté le 12/12/2007)
    Le logiciel d’épreuvage Esko Flexproof/E combine la gestion couleur Esko et la technologie d’épreuvage EFI Bestcolor leader du secteur.   IFRA, 11 juillet 2007
Disponible sur http://www.ifra.com/website/news.nsf/wuis/02D54358BD38CD1EC1257315003623D0?OpenDocument&0&E& (consulté le 12/12/2007)
QUBYX   KleoColor training color management.   Copyright © 2001 Qubyx LTD / Marc Leppla, Nathalie Richart
Disponible sur http://www.kleocolor.com/ (consulté le 03/07/2008)
    EFI Systèmes d'épreuvage.   Graphic Reseau
Disponible sur http://www.graphic-reseau.com/ (consulté le 12/12/2007)
    Nexus RIP.   Artwork Systems
Disponible sur http://www.artworksystems.de/products/nexus/fr/NexusRIP.pdf (consulté le 12/12/2007)
DUGAY F., PEYRON J.   L'épreuvage sur écran ou softproofing.   Cerig, mai 2006
Disponible sur http://cerig.efpg.inpg.fr/memoire/2006/epreuvage-ecran-softproofing.htm (consulté le 12/12/2007)
    La goutte d'encre fait bonne impression.   Disponible sur http://www.zdnet.fr/produits/imprimer/0,50000140,1001789,00.htm (consulté le 19/12/2007)
    Systèmes CTP, épreuves, logiciels : Creo rationalise les flux numériques.   Caractère, 6 avril 2004
Disponible sur http://www.caractere.net/editorial/239182/creo-rationalise-les-flux-numeriques/ (consulté le 19/12/2007)
    Technologie d'impression HP PhotoREt.   HP
Disponible sur http://h10025.www1.hp.com/ewfrf/wc/document?docname=bfu02182&lc=fr&cc=fr&dlc=fr&product=79499 (consulté le 19/12/2007)
    Impression numérique quadri : les 5 questions à se poser avant d'investir…   Graphiline, 5 juin 2006
Disponible sur http://www.graphiline.com/index.php?page=article&idnewsarticle=8002 (consulté le 05/12/2007)
    Classement annuel des imprimeries françaises.   Caractère, décembre 2006, n°626.
BRAULT F.X., PENEAU C.   Le JDF ou Job Definition Format.   Cerig, mai 2007
Disponible sur http://cerig.efpg.inpg.fr/memoire/2007/JDF-job-definition-format.htm (consulté le 05/12/2007)
    L'avenir de l'imprimé : panorama, perspectives et priorités stratégiques pour la filière de l'imprimé.   Étude réalisée sous la direction de Philippe Queinec, secrétaire général du Sicogif, novembre 2006.
Disponible sur http://www.sicogif.com/spip/article.php3?id_article=20
     
  Mémoire précédent
Précédent
Liste des mémoires
Liste
Page technique
Thèmes
Mémoire suivant
Suivant
 
Accueil | Technique | Liens | Actualités | Formation | Emploi | Forums | Base
Copyright © Cerig/Grenoble INP-Pagora
     
 Mise en page : A. Pandolfi